samedi 30 mai 2015

Irrédentisme bourguignon

Bourgogne et Franche-Comté vont être réunis. C'est une excellente chose.

Dijon sera la future capitale de cette future grande région. Nous nous en félicitons.

Ainsi tout s'accomplit selon la ligne politique définie par le M.LB. dès l'année 2009.

Mais, si tout se déroule bien pour le moment, pourquoi diable s'arrêter en si bon train ? Si nous sommes parvenus à récupérer notre chère comté, pourquoi ne pas en profiter pour récupérer d'autres régions qui devraient tout aussi légitimement rejoindre la Bourgogne ?

C'est donc ce que nous avons suggéré, de notre plus belle plume, au président de notre région, François Patriat.







Prochainement, nous écrirons à différents maires pour tâcher de les convaincre de rejoindre la Bourgogne. N'hésitez pas à leur écrire également pour emporter leur adhésion.

Vive l'union de tous les Bourguignons !


1 commentaire:

Dimitri Petrowski a dit…

Eh... Vous êtes au courant que nous sommes sous la coupe de l'Union Européenne ? Ça vous sers à quoi de faire semblant de vous émanciper de votre "statut" de français si vous restez avant tout plus Européen que Bourguignon ?

Non par ce que bon, avec ça, à part flatter vos chevilles, vous n'aurez rien, rien par ce que c'est l'UE qui continuera à prendre les revenus de la région pour réverser ce qu'elle estime utile à son fonctionnement, ce qui se passe comme cela depuis de nombreuses années déjà.

Moi, Bourguignon, j'aime mes voisins de la bourgade France, j'ai beaucoup de sympathie pour eux car pour la plupart, comme moi, ils sont nés et ont grandit ici. Je les apprécie et je ferrais l'impossible pour qu'il comprenne qu'il est hors de question de se laisser aspirer et disparaitre dans la cité UE qui ne nous laisserait plus que des régions en guise d'identité, comme si nous n'étions que des demeurés capable de se présenter avec le numéro de leur département... Comme si on enlevait son nom à une commune pour ne laisser que le nom des hameaux et des rues pour que les gens préservent leur identité.

Sur ce, permettez moi de vous souhaiter une bonne journée, les divergences d'opinions n'ont jamais dispensées des politesses mais je ne pouvais pas en lancer une avant ma tirade, cela aurait beaucoup enlevé de mon effet dramatique.