jeudi 4 mars 2010

Elections régionales

Les élections régionales battent leur plein, les hommes politiques battent partout le pavé et glosent dans des débats télévisuels en se regorgeant de mots creux comme "développement économique", "solidarité", "protection de l'environnement", "développement durable", autant de mots creux qui font consensus et que tout candidat se doit de répéter en boucler pour s'assurer une légitimité.
Bref une élection très convenue, où aucune proposition vraiment enthousiasmante et ambitieuse n'a émergé et dont le seul but est de servir de tremplin politique à quelque ambitieux.
Devant ce marasme politique, le MLB ne compte pas rester les bras croisés et lance à nouveau sa charte de la Bourgogne Libre, véritable mine d'idées brillantes, à même de rendre la Bourgogne plus libre et plus vivante, et qui sera soumise à tous les candidats.
Il va de soi que tous les candidats qui la signeront bénéficieront du soutien incontionnel du MLB.
Voici la charte en question, je l'ai envoyé à tous les têtes de liste mais n'hésitez pas à la diffuser le plus massivement possible à vos élus locaux.


CHARTE DE LA BOURGOGNE LIBRE

Candidat aux élections régionales de Bourgogne, je déclare en signant la présente charte que si je suis élu comme représentant du peuple bourguignon à l'assemblée du conseil régional de Bourgogne, je m'engage solennellement à :

- défendre les valeurs traditionnelles de la Bourgogne, son passé, son histoire, l'héritage et la mémoire des grands ducs de Bourgogne, sa spécificité par rapport à la France, et je m'engage moi-même à incarner ces valeurs, chaque fois que j'aurais à représenter le peuple bourguignon, en m'interdisant toute forme de sobriété.

- développer dans la jeunesse un intérêt pour la Bourgogne en favorisant l'instauration d'un service civil bourguignon où tous les jeunes de 18 ans qui résident en Bourgogne seraient mobilisés pour assurer les vendanges, avec rétribution en liquide alcoolisé de fabrication bourguignonne.

- à promouvoir la culture bourguignonne par la préservation de ses monuments, de l'harmonie de ses paysages et de ses villes, en luttant contre la prolifération d'immeubles parallélipédiques ou cubiques formés de béton, par la promotion des grands écrivains bourguignons (Piron, Bertrand, La Monnoye, Denon, Nerciat ect.), en favorisant l'étude de la violle et du bransle dans les lycées, et surtout en encourageant l'essor de la sculpture et des drapés slutériens.

- encourager la bourguignonisation des moeurs en favorisant la consommation du vin, dans les bistrots, les bars, les troquets, les restaurants et les restoroutes, les administrations, les hôpitaux, les maisons de retraite et les cantines scolaires, en défendant les libertés intimes fondamentales et en m'opposant à toute forme de censure morale.

- défendre les secteurs clés de l'économie bourguignonne, ceux qui font véritablement vivre la région à savoir : la culture du raisin, la production de vin, le tourisme oenologique, les débits de boisson, l'élevage de Charolaises et d'escargots, la construction de monuments, les artisans couvreurs de toit décoré, la gastronomie, la fabrication de cassis, la distillerie et les bouilleurs de cru, l'industrie de la moutarde et celle de la gougêre.

Vive la Bourgogne Libre !

33 commentaires:

Anonyme a dit…

Excellente initiative que voilà

geoboss1 a dit…

Une fois n'est pas coutume, mais je dois cette fois vous contredire chère charles !

Vous qualifier la notion de développement durable de creuse, ce que je dois contredire même s'il faut admettre qu'elle relève bien d'une grande utopie devenue un produit marketing.

Cependant, là resulte un enjeu car par vos idées, vous pourriez largement replacer quelques choses à leurs places.

Je rappel que le développement durable regroupe les développements économique, environnementaux et SOCIALE.
C'est dans ce dernier que vous vous détachez car vous ête attacher au terroire et donc aux produits de notre pays, ses savoir faire bref...ca culture.
Ce point relève grandement de la sphère sociale (certains on même voulu en faire une sphère à part entière du développement durable)

On retrouve bien ces volontés ailleur création de circuit court entre des agriculteurs locaux et les consommateurs mais à chaque fois d'un but économique relevant plus de l'attrape touriste. Donc pas très social.

Or la plus value de votre approche c'est que certe développerr le vin à un bien fondé économique, mais surtout il se réfère à un point culturel très très fort et donc est socialement acceptable.

valable pour d'autre produit. Mais pour rester acceptable, il faut en entretenir la fibre culturelle la plus profonde donc bien ce que vous proposer.

Enfin reste a sphère ecologique qui rappellons touche a nos paysages dont je suis sur peu de personne souhairtent voire disparaitre

Voila, ce ne sont que quelque aspect, je pourrais continuer maios j'arrête la la démonstration.
Cette appel au débas ravis surement d'avantage notre anonyme !

Le duc des mythomanes a dit…

Bonjour à tous,
Je ne peux que constater la pléthore de proposition, certaines comme l'élevage de charolaises me touche particulièrement, d'autres comme encourager la consommation de vin dans les hôpitaux me laisse plus perplexe, c'est peut-être d'imaginer mon chirurgien commençant mon opération, après une ou deux bouteilles et une précision en découlant.

à Geoboss1 :
Une fois de plus vous êtes le porte-parole du MLB et comme vous êtes d'accord vous avez bien raison.
Pour ce qui est du creux des propos des politiques ce n'est pas les termes en eux-mêmes qui sont creux mais les pensées qui sont derrières.
Pour ce qui est de notre anonyme, dont on ne sait si c'est toujours le même, je ne suis pas sur qu'il vienne ce coup-ci pour apporter sa contribution pour le quotidien des bourguignon.

geoboss1 a dit…

Autre détail qui m'avait echappé à la première lecture, je suis en tout point d'accord avec Charles sur la monotomnie de l'architecture actuelle qui donne aux villes un aspect purement fonctionnel.

Relancer la sculpture bourguignonne est louable mais n'oublions pas que l'immeuble est l'oeuvre de l'architecte (je n'aime guère dire ca, comflit corporatif oblige, mais rendont à Cesar ce qui est à César).

Par conséquent, difficile de rendre nos cités plus bourguignonnes quand on sait que notre région, futur pays je l'espère, ne donne aucune formation d'architecture, ni d'urbanisme d'ailleur, ce qui explique mon exile Parisien.

Je pense que cette lacune est au moin aussi important que la sculpture !

Anonyme a dit…

Mâs vôs aillai pa aireitai de pairlai en jantai, ô dirai doo pairisien ! Vôs nôs fète honte ai nôs loo bregognons !

Pairlai don en bregognon !

geoboss1 a dit…

Alors se serait effectivement une bonne initiative mais je suis pas sure que toutes les pertsonne sur ce blog comprendrons. Moi même, je comprend assez aisément mais mais je ne sais pas parler.

j'ai grandis à la limite entre l'Auxois et le Chatillonnais et il faut se rendre à l'évidence, cette terre est très bourguignonne mais pas par sa langue. C'est bien la preuve de la francisation allarmante de notre pays.

Et puis je ne suis pas sure qu'entre patois locaux tous le monde se comprendrait.

Anonyme a dit…

Je sais bien que peux de gens comprendrais mais justement.
La langue permet de transmettre la culture, sans elle il n'y a plus de culture bourguignonne. Ca serait bien des initiatives en faveur de notre langue !

Front de libération de la Bourgogne.

Le duc des mythomanes a dit…

Français et Bourguignon-morvandiau faisant parti de la langue d'oil parler l'un permet de comprendre l'autre (surtout à l'écrit). Venant du charolais où la langue d'oil et le francoprovencal s'affronte le brionnais-charolais est roi et déteint très largement sur notre français plaçant des "y" par-ci par-là. Spécificité que l'on ne peut remarquer que lors d'un exil, allez parler de grosse beuille à un ardennais. Faut-il inciter les jeunes bourguignons à s'exiler 1 ou 2 ans afin d'aimer leur pays au risque d'en perdre quelque-uns?

Pourquoi ne pas faire des enseignements dans deux langues, comme l'exemple catalan où l'espagnol et le catalan cohabite très bien. On remarque que d'autres langues comme le breton ou l'occitan font partie des épreuves au bac et en Bourgogne rien, pourquoi?

Charles le Téméraire a dit…

Je ne nie pas que le développement durable soit une chose importante, mais avouons-le, personne n'osera jamais revendiquer un développement éphémère. Aujourd'hui développement durable est un mot vidé de sens que tous les partis de gauche comme de droite se doivent d'utiliser. Ca n'engage à rien de précis.

Pour ce qui concerne la sculpture, je l'entendais évidemment comme un art autonome de l'architecture.
N'oublions pas que l'école de sculpture bourguignonne a été l'une des plus fameuses de toute l'histoire de l'art, il est dommage de laisser un tel héritage à l'abandon.

Pour la langue il est vrai que la charte aurait du aborder cette question, si cruciale. Si pour ma part je ne l'utilise pas dans mes articles c'est pas méconnaissance (méconnaissance dont je suis fort honteux).

Anonyme a dit…

Bonjour,

Savez vous s'il existe des soirées cafés où l'on peut apprendre le ( les ) patois bourguignon(s) a Dijon ou alentours...

Celà se fait dans de nombreuses régions. Je trouve navrant que l'on ai pas la même chose ici.

La notoriété de blog pourrait elle servir à lancer un appel à la création d'une telle chose ?

Merci.

BurgundiaProDux a dit…

Bonjour à tous,

c'est mon premier commentaire sur ce blog mais je le suis avec avidité depuis fort longtemps (cher Duc Charles, je suis celui qui vous avais demandé des renseignements au sujet des cartes de tarot).

Je voudrais rébondir sur l'apprentissage de la langue bourguignonne qui comme le dit si bien le Duc des Mythomanes, poserait problème en Brionnais Charolais notamment car notre dialecte est unique en son genre avec un tiers de mots arpitans (parlers "franco provençaux"), un tiers de mots d'oïl et un tiers de mots qui lui sont propres.

Je suis un grand partisan de la reconnaissance de nos idiomes, avec par exemple la rédaction d'articles Wikipedia en langue Bourguignonne, mais réaliser une norme Bourguignonne me paraît difficile, ou bien elle devra exclure le dialecte Charolais Brionnais (il faudrait pour être en accord avec les entités linguistiques au moins réaliser deux normes). En revanche, si le dialecte Bourguignon morvandiau pouvait déjà dans un premier temps retrouver une seconde jeunesse ce serait super, nous autres bourguignons du Sud suivrions de près.

En tous les cas monsieur le Duc je vous témoigne tout mon soutien et vous prie d'accepter de croire que tous les Charolais et Brionnais ne sont pas réfractaires à votre combat.

Si je dis ça vous l'aurez compris c'est en réponse aux commentaires déplaisants que vous avez subis il y a peu. Commentaires que je n'ai pas compris car en ce qui me concernais je vous avais très vite cerné, et donc serais parti depuis belle lurette si je ne me reconnaissais pas dans votre action.

Duc des mythomanes, je suis d'accord, les "y" surtout ne passent pas partout, même si j'ai étudié à Lyon où ils sont pléthores. En Normandie par exemple je passe pour un extra terrestre :D
"Z'inquiétez pas les filles, j'y gère !!" avait par exemple provoqué une myriade de regards interrogateurs xD

Sur ce,
Bonne journée à tous

Burgundia Patria Nostra

geoboss1 a dit…

Cher Charles, vous n'avez pas compris mes propos, ou bien c'est moi qui n'ai pas compris les votres!

C'est une évidence que la sculpture est un art indépendant de l'architecture mais à moins que je me fourvoie vous dite que vous voulez lutter contre les batiments cubiques et sans ames qui poussent dans nos villes. Je suis en tout points d'accord avec vous sur ce point.

Ce que je voulais dire c'est que dans la réalité c'est l'architecte qui dessine le bâtiment, l'aménageur intervient dans la mise en place de cahier des charges la recherche des financements... Dans ce cas, ces deux formations doivent être sensibilisées à la sculpture ce qui est plus ou moins le cas de nos jours.

Dans ce cas, et compte tenu du fait que notre région n'offre pas ces formations, il est difficile de les former dans ce sens. Promouvoir ces enseingnements serait il me semble judicieux, pour orienter l'architecture vers une forme plus artistique.

Pour ce qui est des lieux ou l'on peut apprendre nos dialecte a Dijon je suis preneur !

geoboss1 a dit…

PS : j'ai oublier de signer geoboss1

Anonyme a dit…

Je crois pas qu'il y est des cours de bourguignon dans des cafés ou autre, malheureusement...
Par contre, moi par exemple je l'ai appris sur internet même si j'avais déjà les bases.
J'donne un bon site : http://www.cadole.eu/bregognon/dialecte-bourguignon.htm

;)

Anonyme a dit…

Ah oui, je voudrais aussi rajouter que ça serait bien un véritable article visant à promouvoir le bourguignon sur ce blog, genre avec des actions à faire et tout.
Et mieux, une campagne de propagande avec des autocollants ! Enfin j'en demande peut être beaucoup mais ce serait la meilleur chose à faire pour la bourgogne, on ne pourras pas aller vers l'indépendance sans le bourguignon. :)

Le duc des mythomanes a dit…

J'ai vu le site précédemment cité et il est vrai qu'il est assez intéressant. Il faut toutefois chercher d'autres sources pour être le plus complet.

Sur l'architecture et la sculpture je pense également qu'il faut une autonomie mais de la communication. En effet je trouve que les sculptures peuvent sublimer des bâtiments et pour cela il faut que sculpteurs et architectes se parlent. Il y a des œuvres originales laides et des œuvres cubiques et bétonné qui vont très bien dans leur environnement.
Je me demande que serait vos bâtiments.

Pierren a dit…

Il est clair que la langue est un axe majeur dans le processus d'affirmation des identités régionales.

Bon nombres de personnes considèrent qu'une langue a elle seule est synonyme d'une identité.

Il est dommageable que le Morvandiau par exemple se perdent, mais n'est ce pas plus un patois qu'une réelle langue ?
Je m'adresse aux puristes linguistes bourguignons.

Charles, avez vous reçut ma photo ?

BurgundiaPR a dit…

Pierren.
Le patois est un français "altéré" par des régionalismes.
Il est en général en France la résultante de la disparition d'un dialecte local ancien remplacé par la langue française.
MAIS à la base, Bourguignon/Morvandiau ou Brionnais/Charolais sont des langues dérivant du latin tout autant que le Français (le Francien plutôt...) et ayant la même "valeur" linguistique.
Ce qu'il faudrait ce n'est pas parler le patois mais parler NOTRE langue ;)

BPR

BurgundiaPR a dit…

Pour les Brionnais Charolais, un livre à avoir absolument de Mario Rossi :
"Dictionnaire étymologique et ethnologique des parlers brionnais"

Très bien fait, très intéressant et écrit par un pur linguiste.

Yazok a dit…

Une fois de plus, vos initiatives correspondent parfaitement aux attentes du peuple Bourguignon. Nous attendons avec impatience que vous vous relanciez dans la politique (après l'échec de Semur).
Vive la Bourgogne Libre ! Que les Escargots ne vacillent point !

Asterion a dit…

Altera Europa possibilis est!
Et vive la Bourgogne libre!!!

Le duc des mythomanes a dit…

En ce jour d'élection y'a t-il eu des réactions de candidat sur la charte de la Bourgogne libre ?

Je ne vois pas trop comment des politiques tournés vers des objectifs nationaux français pourraient l'envisager. Ils sont plus attachés à leur parti et leur mandat qu'à la Bourgogne.

Lothringen uber alles a dit…

on l'a crevé devant nos portes le téméraire sus aux envahisseurs bourguignons traitres vendu aux anglais Nancy ne sera jamais la capitale de la bourgogne.

geoboss1 a dit…

Charles, y a t il eu seulement un élus qui à signer cette charte ?
Quand bien même je doute de la bonne fois de élus de l'état Français, même décentralisé !

Le duc des mythomanes a dit…

En direct de Nancy :

Les nancéens se vendront à celui qui leur offrira du travail. Il n'y a aucun patriotisme ni même solidarité en lorraine. Pour preuve tout ce qui est en dehors de Nancy pour eux n'est que plouc dénué d'intérêt.

Charles le Téméraire a dit…

>>>La notoriété de blog pourrait elle servir à lancer un appel à la création d'une telle chose ?"

Pourquoi pas, si plusieurs personnes le désirent. Ecrivez-moi pour me donner plus de détails et je suis prêt à passer l'annonce (tout en vous signalant que je ne pourrais pas m'occupper personnellement de l'organisation de ces réunions en langue Bourguignonne).

>>>> Dans ce cas, ces deux formations doivent être sensibilisées à la sculpture ce qui est plus ou moins le cas de nos jours.
Promouvoir ces enseingnements serait il me semble judicieux, pour orienter l'architecture vers une forme plus artistique.

Absolument, c'est moi qui vous avait mal vu. La sculpture bourguignonne fait en effet corps avec l'architecure. Le puits de Moise doit se concevoir dans l'ensemble de la chartreuse de Champmol, et à Dijon, les plus belles sculptures, on les trouve sur les façades des hôtels ou les poutres des vieilles demeures gothiques.


>>>>> Il y a des œuvres originales laides et des œuvres cubiques et bétonné qui vont très bien dans leur environnement.

Oui mais à mon sens il ne peut pas y avoir d'harmonie architecturale sans harmonie de la matière (en l'occurrence, ici, les pierres de Bourgogne).
Et puis on ne va pas continuer à étendre les banlieues indéfiniment. Il faut réagrandir les centre-villes !

>>>> Charles, y a t il eu seulement un élus qui à signer cette charte ?

Pas un seul hélas. Il est vrai que je n'ai pas réussi à trouver l'adresse éléctronique de tous les candidats mais c'est tout de même décevant. Je vais essayer de les relancer pendant l'entre deux tours.
La prochaine fois j'enverrai directement une lettre avec accusé de réception, pour qu'ils ne puissent plus nous ignorer de la sorte !

Le duc des mythomanes a dit…

à Charles
Je suis également charmé par les pierres mais ce n'est pas toujours le matériau le plus indiqué. Pour accordé tout le monde on peut avoir des structures d'un matériau et mettre les pierres devant pour le visuel, tout est possible pour un bourguignon.

Vous parlez d'agrandir à nouveau les centre-ville je suppose que vous pensez à "verticaliser" un peu plus l'habitat. Mon coté écolo citera la tour Elithis de Dijon qui montre qu'en Bourgogne on peut être à l'avant-garde. Mais cela engendre d'autre problème. De plus ce qui peut marcher dans une ville peut échouer dans une ville d'un tout autre gabarit.

Je pense que cette question de l'architecture et l'organisation des villes et villages mériterait un article à part entière.

geoboss1 a dit…

Je pense que agrandir le centre ne se limite pas a verticaliser. Cela s'est déjà fait et l'erreur de voir la ville = la hauteur n'est pas une solution a mon sens. Le cas extrême : Des quartiers comme les grésille et je parle bien de hauteur pas de densité, surtout dans ce cas.

Agrandir les centres c'est apporter de la mixité fonctionnelle et en finir avec les zonage moderne revoir le système de transport. E quant bien même cette option seraient choisie, pourrait-on refaire véritablement du centre comme il existe déjà sans emplifier les désaventages des quartiers centre (car il y en a tout de même) ?

Je suis par contre entièrement d'accord avec le duc des Mythomanes, ce qui correspond a une ville ne correspond pas nécessairement a une autre.

Là où pour des métropoles comme Paris revoir le zoning est essentielle pour stopper la croissances des banlieues pavillonnaire "espacivore" à Dijon le cas est "moins" prioritaire.

Bref, vaste sujet tout ca !

Alex from Burgundy a dit…

Grand retour me concernant...
Je constate néanmoins qu'il y a toujours autant de contestations hélas... Autant de jalousie vraisemblablement... Néanmoins, je vous supplie, vous, geoboss1, et le duc des mythomanes, de cesser d'agresser mes yeux avec vos fautes d'orthographe. Je vous en serais reconnaissant...
All the same, très bonne initiative =)

Alex from Burgundy a dit…

Le duc des mythomanes => acceptez mes excuses, après relecture, ce n'est pas à vous que j'aurais dû m'adresser ;)

Charles le Téméraire a dit…

Voici une copie du message que j'ai transmis aux candidats qui vont s'affronter au second tour.
Puissent-ils écouter la voix de la raison.

Bonjour,

Vous êtes parvenus au second tour des élections régionales de Bourgogne, et pour ce succès, le Mouvement de la Libération de la Bourgogne (MLB) vous adresse ses sincères félicitations.

Toutefois, vous le savez, la victoire est encore loin d'être acquise, et tout se décidera dimanche prochain, lorsque les citoyens bourguignons seront amenés à faire définitivement leur choix. D'autant que la très grande abstention qui marqua le premier tour de ce scrutin laisse planer de grandes incertitudes sur l'issue du second.

Notre mouvement, le MLB, porteur d'un grand courant d'espoir en Bourgogne et fort d'un colossal soutien populaire, vous propose son soutien officiel.

Ce soutien toutefois (vous connaissez mieux que nous les rouages de la politique) ne sera pas inconditionnel. Il ne se fera qu'en échange de la ratification de la charte de la Bourgogne Libre que vous trouverez ci dessous. Elle ne se compose que d'idées très bourguignonnes qui sont la simple émanation du bon sens populaire et s'inscrivent dans la logique même de l'histoire de la Bourgogne.

Dans l'attente de votre réponse, nous vous transmettons nos salutations les plus bourguignonns.

Le duc des mythomanes a dit…

à Alex from Burgundy :
La différence entre un bourguignon et un français est qu'un bourguignon qui se rend compte qu'il s'est trompé sait s'excuser.

à Charles :
Très bonne lettre même si je pense que Mr Patriat (né à Semur-en-auxois), futur président de Bourgogne, ne la prenne guère au sérieux. Pour être écouté des politiques il faut venir avec des pourcentages en offrandes.

Anonyme a dit…

Charles, je pense qu'il aurait fallu mettre le lien du blog, au moins pour montrer que le MLB existe bel et bien, et qu'il ne prenne pas ça pour une blague. ;)