vendredi 4 janvier 2008

Jour de deuil en Bourgogne

Non la date n'aura échappée à aucun patriote, nous serons demain le 5 janvier. Le triste 5 janvier, le désolant 5 janvier, le tragique 5 janvier, l'irrémédiable 5 janvier, le sombre, le lamentable, le cauchemardesque, l'effroyable 5 janvier, anniversaire de ce qu'il n'est pas exagéré d'appeller l'évènement le plus atroce de toute l'Histoire de l'Humanité, la date fatidique de la mort de Charles le Téméraire, portant le coup de grâce à ce qui était appellé à être le plus formidable Etat que la terre ait jamais porté.

La mort du Téméraire peinte par Delacroix.

Oh bien sûr, je sais que le sujet a déja été largement abordé sur ce site, nous ne reviendrons pas sur la bataille de Nancy, l'article consacré à ce sujet et wikipedia vous apprendront l'ampleur de ce désastre avec suffisamment de précision sans qu'il soit nécessaire d'y revenir. Toutefois je voudrais m'attarder ici sur un détail relatif à la mort du grand duc d'Occident, qui illustre assez bien l'ignominie des moeurs françaises et devrait inspirer un dégoût bien légitime de cette patibulaire engence à tous les hommes de coeur, c'est-à-dire à tous les vrais Bourguignons.
Ouvrons donc l'Histoire de France de Jules Michelet. En prenant le plus grand historien français on ne pourra pas nous accuser d'avoir pris une oeuvre de propagande pro-bourguignonne, bien au contraire, c'est un thuriféraire d'assez mauvaise foi de son pays que cet historien et il suffit de lire le compte rendu qu'il fait de la bataille de Nancy pour voir les monuments de sournoiserie et d'hypocrite affectation qu'il emploie pour minimiser l'abjection de la stratégie française lors de cet évènement. Mais il ne peut taire le plus ignoble, qui appartient à la Vérité de l'Histoire, qui un jour éclatera à la face de l'Hexagone avec le formidable éclat que la Justice sait employer pour rendre ses implacables verdicts. La Vérité, dans toute son horreur, on la découvre à la page 368 de ce livre, je me permets de la recopier ici (c'est le passage où le corps du Téméraire a été découvert et qu'on tâche d'identifier, l'auteur fait ici la description de ses multipltes blessures) :

"Il avait été bien maltraité. Il avait une grande plaie à la tête, une blessure qui perçait les cuisses, et encore une au fondement".
Oui messieurs, vous avez bien lu. Au fondement ! Au fondement messieurs ! Tâcher d'imaginer comment la chose fût rendue possible, comment une telle blessure pût être effectuée, sur un cadavre qui plus est, et comme nous, vous serez frappés d'horreur par une pratique aussi criminelle ! C'est donc ainsi que la France traite ses ennemis ? Est-ce là le sort que méritait un être aussi grandiose ? Pour ceux qui auraient encore quelques doutes sur la véracité de ces infâmies, sachez que ces pratiques contre-natures étaient dites "à la françaises" dans la Bourgogne de l'époque. Ces noires abominations ne sauraient jamais être excusées et nous entendons bien exiger réparations.

30 Grand Rue de Nancy, emplacement où fût découvert le corps du Téméraire et sans doute emplacement d'un des actes les plus sordides que l'être humain puisse imaginer.

Le Mouvement de Libération de la Bourgogne invite donc tous les patriotes à se vêtir de noir demain 5 janvier en signe de deuil pour bien signifier à nos occupant que nous n'avons pas oublié notre Seigneur et Maître, Charles de Valois-Bourgogne, dit le Téméraire, Grand Duc d'Occident, Duc de Bourgogne, de Lothier, de brabant, de Limbourg, de Luxembourg et de Gueldre, comte de Flandre, de Bourgogne-palatin, de Hainaut, de Hollande, de Zélande, de Namur, de Charolais, d'Auxerre, de Mâcon, de Boulogne et de Zutphen, et que nous ne reconnaissons pas la France comme souverain légitime. Et si demain vous croisez un autre individu en noir, n'éhsitez pas à le saluer fraternellement, c'est peut-être lui aussi un patriote.

7 commentaires:

Vercingetorix a dit…

Monsieur,
vos sarcasmes n'amusent que vous j'en ai peur, ce site à un vocation très sérieuse et je ne suis pas disposé à répondre à vos plaisanteries, si vous avez quelques critiques à nous faire parvenir n'hésitez pas, les commentaires sont prévus à cet effet, mais annoncez les clairement plutôt que de vous dissimuler sous le masque de la dérision la plus plate. Oui nous avons des idéaux. Non nous n'avons rien à faire du cynisme ambiant et de la léthargie faussement festive dans laquelle notre époque voudrait nous enfermer. Si cela vous dérange il n'est rien que je puisse faire.
Je ne vous salue pas !

Vercingetorix a dit…

Par une fausse manoeuvre, envoulant corriger mon message, j'ai effacer le commentaire laissé par cet anonyme, en voici le contenu :

Monsieur,
Ayant découvert votre grandiose oeuvre depuis peu, Nous ne pouvons que vous féliciter pour la reconnaissance dont vous faites preuve à l'égard de nostre patrie glorieuse. Sous peu la Navarre tombera, Nous en sommes persuadé, si des êtres aussi vertueux que vous se lancent dans la Reconquista.
Nostre Majesté ayant elle-même créé un mouvement autour d'elle il y a quelque temps ( comptant deux vaillants arbalétriers Burgondes ), avorté, Nous sommes fier de mettre Nostre épée et Nostre arbalète à vostre service. Sachez que Nous disposons également d'un trébuchet et d'un couillard de siège.
Avec Notre amitié,

Yazok von Kenoby des Grauens y Sanchez Cuàron de Napoli Muhammad Al Bert, Vice-Amiral de la Ligue Asnièroise du Front de Libération de la Bourgogne, Président du Comité de Passionnés du Bouledogue de Saint-Bloy-les-Taupes, Marquis du Comté de Prout-sur-Coulante, Chevalier de l'Ordre de la Table Icosaédrique, et autres titres, vostre serviteur...

Anonyme a dit…

Monsieur,

Bouhouhouhouhou ! Snif ! Que Nous sommes malheureux !

Yazok von Kenoby des Grauens y Sanchez Cuàron de Napoli Muhammad Al Bert, Vice-Amiral de la Ligue Asnièroise du Front de Libération de la Bourgogne, Président du Comité de Passionnés du Bouledogue de Saint-Bloy-les-Taupes, Marquis du Comté de Prout-sur-Coulante, Chevalier de l'Ordre de la Table Icosaédrique, et autres titres, vostre serviteur quand même.

V a dit…

On ne se moque pas du sauveur svp

Germain a dit…

il se met des commentaires à lui meme, tellement personne ne vient sur ce blog, trop mdr loolllll, ptdrrrrrrrrrrr, pfffffffff, hiiiiiiiii

Graziella a dit…

Je ne comprends pas pourquoi vous vous en prenez aussi vertement à Yazok Von Kenoby, qui est un des hommes les plus respectables et de haute maison que je connaissoisse. Je sais que tout comme moi son honneur est fièrement représenté sur se site; et de surcroît ce doux personnage est incapable d'aucun cynisme.

Si vous tirez sur vos alliés, vous risquez fort de rester seul sur vos terres.

Qui plus est, vous ne maîtrisez pas l'exclusivité de la revendication indépendantiste bourguignonne; ce malgré votre respectabilité vieille de deux millénaires.

Félicitations donc pour cet article qui est finalement très bien construit.

Graziella a dit…

J'ajouterais à ce message ma signature officielle, comme il se doit.

Graziella en le Val Saint Seine, Amirale astitrée en la Ligua lès Asnièroise por libérationner la Bourgonde